Détresse émotionnelle

«Ma femme vient de mourir. Elle avait un cancer du sein … Je l’ai vue souffrir le martyr pour finalement s’éteindre, avec tout juste la peau et les os. J’ai tellement de mal à accepter qu’elle soit partie … Je me sens complètement vide, je n’ai plus d’énergie pour rien, j’ai pas envie de voir personne. Je veux juste dormir pour essayer d’oublier … Je sais que ce n’est pas la solution. Il faudrait que je me fasse aider…»
Fernando, 58 ans

En parler pour éviter de craquer

La détresse émotionnelle est une souffrance psychologique qui touche bon nombre de personnes à un moment ou l’autre de leur vie.

En 2010, le portrait chiffré de la santé des Québécois réalisé par l’Institut de la statistique du Québec d’après l’Enquête sur la santé des collectivités canadiennes (ESCC, 2002) montrait que 23% de la population de 15 ans et plus se situe au niveau élevé de l’indice de détresse psychologique.

L’intensité du désarroi, qui peut affecter la santé physique et mentale, varie selon la cause :

  • Les circonstances de la vie : deuil, rupture, départ d’un être cher, perte d’emploi, responsabilités envers des parents vieillissants, surcharge de travail, agression, etc.
  • Les conditions de la vie : pauvreté, maladie ou handicap, isolement, maltraitance répétée, etc.
  • Le profil individuel : faible estime de soi, forces et limites personnelles, etc.

Entreprendre une action pour son bien-être

Pour comprendre ce que cette détresse a à nous dire, il faut prendre le temps de l’écouter et d’en parler.

Par exemple, en appelant la ligne téléphonique Tel-Aide, disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. La confidentialité et l’anonymat sont assurés. On peut ensuite obtenir de l’aide auprès d’une ressource spécialisée.

Besoin d’aide ?

Consultez les ressources d’aide disponibles

Partenaires